S.Tilly & A. Le Bozec

De sonates en romances

Dimanche 10 mars 2013

6ème Concert à l'Orangerie de Rochemontès

  • Musiciens : Sandrine Tilly, flûte traversière & Anne Le Bozec, piano
  • Compositeurs : Schumann, Prokofiev, Poulenc, Bartók.

Ecouter le duo Sandrine Tilly -flûte solo à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse- avec la pianiste Anne Le Bozec sera un nouveau plaisir. Ces deux belles et talentueuses musiciennes nous conduiront « de Sonates en Romances », avec la grâce et l’élégance qui les caractérisent. Les Romances pour hautbois et piano opus 94 de Robert Schumann, composées en 1849 sont l’une de ses rares œuvres dédiées à un instrument à vent, outre la clarinette et le cor. Schumann en permit d’ailleurs l’exécution par d’autres instruments, clarinette ou violon. D’un caractère très libre, pratiquement improvisé, ces romances oscillent entre espoir et mélancolie. La version pour duo flûte et piano confère à ces trois pièces intimes et intensément lyriques une profonde douceur et une grande délicatesse.

Autre opus 94, la Sonate pour flûte et piano de Serge Prokofiev est par contre donnée dans sa version originale. Ce chef d’œuvre aux facettes multiples et contrastées, mélodies envoûtantes, rythmes sauvages et obsédants, profondeur grave et humour grinçant, fit un tel effet au violoniste David Oïstrakh qu’il réclama prestement à Prokofiev sa transcription pour violon – et l’obtint ! En quatre mouvements, dont un diabolique scherzo et un mouvement lent de toute beauté, cette sonate offre à la flûte l’un des monuments de son répertoire et au duo avec le piano ses lettres de noblesse.

La Sonate pour flûte et piano de Francis Poulenc nous donne l’occasion d’un hommage en ce cinquantenaire de sa mort. En trois mouvements bien distincts dans leur humeur, elle laisse un parfum de nostalgie que le pétillant final ne parvient pas tout à fait à éclipser. La cantilène centrale reste dans les mémoires comme l’un des plus simples et plus poignants chants composés pour la flûte, avec un accompagnement de piano feutré et transparent, dans la grande tradition de la mélodie française chère à Poulenc.

La Suite populaire hongroise pour flûte et piano de Béla Bartók fut transcrite par son élève, le compositeur Paul Arma, d’après les Chants populaires hongrois. Ce recueil de pièces pour piano réunit des mélodies du terroir que le Bartók ethnomusicologue collecta durant des années dans les campagnes de son pays. Arma confie la mélodie à la flûte et conserve l’harmonisation et la rythmique de Bartók; il choisit certaines des pièces du recueil initial et les agence entre elles pour former une Suite contrastée, ponctuée de grande nostalgie, mais éminemment brillante.

Plus d'informations : Site internet des artistes.
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone

Galerie affiliée

Photos